24 août 2019

Transformations

.


Toujours d'après Modigliani, j'avais fait cette esquisse au pastel sec.






.

Je voulais la poster mais je n'ai pas de quoi fixer ce pastel volatile. Tout s'effaçait au contact des doigts.

J'ai donc repris, par dessus, à l'acrylique.



.


J'ai tenté ensuite un portrait sans modèle.




Pas assez satisfaite, j'ai posé un décor devant ce visage.




Pourquoi pas ?

.
C'est vraiment en ayant un modèle de peinture (ou une photo) que je réalise les meilleurs créations figuratives.
Mais j'espère que petit à petit cela me permettra de progresser dans l'expression libre.
Il faut que j'apprenne, seule, à respecter les proportions, et les mises en place et à prendre conscience de leur importance...Je dois me rendre compte, quand je suis dans un peinture sans modèle, où ça dérape, où l'harmonie se perd. Quand on est en atelier collectif, il y a toujours ce moment où le prof met au loin votre création et permet un recul, une prise de conscience, les autres personnes donnent leur point de vue. Point de vue, vues diverses, points forts, erreurs, points à rectifier, etc.
Quand je suis seule, j'ai plus de mal à "me regarder".


.

.

.





.
.

20 août 2019

20 aout, cela commence

Portrait d'après modèles de peintures d'artistes, on a dit.

D'abord ranger l'atelier qui avait des airs de plusieurs valises mal ouvertes, pas refermées, en trop, qui dépassent, posées là. Pas joli. Je parle de cartons, de piles de revues, d'un carton atelier-ambulant que j'ai emporté en Normandie en juillet et qui m'a servi et que j'ai emmené aussi en Auvergne pour mon séjour écourté durant lequel je n'ai pas peint. Juste un dessin final, pour les voisins qui ont récupéré la clé, et pour les amis qui seront chez eux le 28 aout. Ce carton était bourré comme un coing.

Dans l'atelier à la maison, des piles de magazines au sol et sur des tabourets et une table à tréteaux où l'on aurait laissé traîné ses doigts pleins de peintures un peu partout, sur toutes sortes de papiers, et des papiers colorés, des bouts de trucs, du mini format, du découpage, des restes de découpages, bref. Une planche sur laquelle on ne voyait plus rien, sauf tes yeux collés plein de merde à force de voir ce fouillis.

Rangé donc. Au moins le bureau. Les pinceaux, la colle. Jetés les bouts de papiers, non on ne garde pas tout, même si on garde les timbres poste reçus (dans une petite boîte).

Les deux livres d'art empruntés à la médiathèque étaient sagement là.
J'ai pris celui de Modigliani. Et hop. Mon dévolu sur une peinture, il y en aura d'autres. Un nez en zig zag, une femme. Je n'ai pas envie de faire un portrait d'homme, pas non plus envie de nus.

L'émission de radio était plaisante, un invité philosophe, engagé, drôle et touchant. 

Je n'ai pas tout de suite sorti la peinture à l'huile ( toute neuve)
Brouillon vite fait, avec pastels et fusain. Un papier déjà taché, j'aime faire avec les taches.

Puis un retour à l'huile, cela fait des années...Je ne me souvenais plus. On est obligé d'être plus discipliné avec la palette et les pinceaux qu'avec d'autres peintures ( à eau ou acrylique). J'aime bien brouiller la peinture sur un même pinceau et peu rincer et c'est moins faisable avec l'huile. Par contre l'huile se caresse, ne sèche pas vite, elle est un peu entre la peinture et le modelage, une notion de "matière". Je n'utilise pas d'essence de térébenthine, juste de l'huile de lin dont j'aime l'odeur. Mais pour rincer un pinceau, non, voyons, il faut penser au chiffon. Bref, il va falloir améliorer la technique.




A suivre.


.


.

15 août 2019

L'été 2019

L'été, l'été, n'est pas ma saison favorite. La chaleur intense, celle qui oblige à vivre volets clos et cloîtrée, n'est plus mon amie.
Disons que l'été a commencé en juin. Et qu'aujourd'hui, 15 aout, on se sent beaucoup mieux, ombres et lumières, doux chaud d'après-midi et fraicheur nocturne, me rendent guillerette et permettent de retravailler dans l'atelier. Situé au sud, il est impraticable en "été".

Qu'ai-je envoyé ( une majorité de mes créations part au courrier), qu'ai je créé dans mon p'tit atelier depuis juin ?


Une toile effacée une nouvelle peinture dessus

Une autre peinture sur planche totalement recouverte



Un oiseau parti au Japon


Des productions pour les élèves de CP auxquels je lis des livres
Je leur apporte ensuite des pages dessinées



Cui cui. Venu tout seul, sur une feuille "palette"
J'essuie mes pinceaux sur tous les supports qui trainent
Souvent je m'en sers pour produire un résultat, qui émerge des taches de peintures.


Démarrage de portraits d'après modèles de peintures d'artistes



Je ne copie pas, j'ai une base qui me donne confiance, puis on voit....







Des cartes à poster (ou pas)





Une lettre au dos de ce papier bleu, un croquis vite fait dessus



Collages envoyés






Certains collages sont destinés à ma tante, 90 ans, qui se maintient à domicile, et ne sort plus.

Mais depuis que je lui envoie mes portraits de femmes peintes d'après modèles, 
elle trouve que les collages ne font plus le poids, ha ha !



A suivre
Reprise de la peinture à l'huile, sur modèles de peintures / portraits...



.

28 mai 2019

Une page se tourne

Je suis retournée à l'atelier d'art cet après-midi. L'école se trouve dans un quartier d'immeubles, devant une cour arborée. J'aime bien cet endroit, une amie habitait pas loin, à l'époque où je la visitais je ne connaissais pas le local de l'école d'art au pied d'un immeuble, sur tout le rez-de-chaussée.

J'ai cessé d'aller à l'atelier adultes du mardi car mes horaires de travail sont peu compatibles avec les trois heures de la séance. Je suis revenue aujourd'hui pour retrouver la prof, découvrir les oeuvres produites depuis mon départ ( février !) et dire un au revoir le plus discret possible. J'ai réussi tout cela, j'ai réussi à masquer mon émotion et ma tristesse qui m'ont pris la gorge une fois sortie.

Je me souviens être souvent sortie de ce local envahie de soulèvements intérieurs profonds, de joie, de réalisations, au point de ne plus savoir où je vivais, au point d'avoir oublié toute notion de temps aussi et de me retrouver au dehors éberluée, dispersée en paillettes puissantes dans l'espace.

Cet atelier a été un fil rouge sur trois années de chômage forcé ( perte d'emploi/ licenciement économique d'un tiers du personnel). Il m'a tenue debout, il m'a appris beaucoup, en particulier appris à refaire, à exiger plus de moi, j'ai appris à reprendre une création sans avoir peur de tout gâcher, de gâcher le premier jet parfois prometteur. La prof est vraiment très professionnelle et en même temps imprévisible. Elle a de très bonnes idées pour nous faire travailler sur le thème de l'année. Elle anime aussi des ateliers d'enfants et d'ados et leurs productions sont celles que j'admire le plus.

J'ai été le reporter de atelier du mardi. J'ai vite proposé de prendre régulièrement des photos, la prof a apprécié. Chaque semaine je lui envoyais mes photos. Elle en a fait un album de l'année en 2017. J'ai adoré prendre mes collègues en pleine action, j'essayais de ne pas montrer les visages mais les mains, les mouvements, et les réalisations.

Oui, c'est difficile de quitter ce lieu de partages et d'apprentissages où chacun se dévoile tant, en silence, avec pudeur.

Cette année le thème était le street art, la poésie urbaine.

Voici ce que j'ai vu dans l'atelier aujourd'hui.
Cliquer sur les photos pour mieux en profiter.
...




.

A l'hiver nous avons travaillé sur l'architecture des villes.

Les enfants ont fait des maquettes qui trônent en vertical sur un mur



On était entrain de s'inspirer du travail de JR quand A.Varda est morte


Peinture collective







Un graffeur est venu en avril pour une séance sur le travail avec la bombe de peinture




La table de travail...


Hommage à Varda et JR
Les silhouettes de l'extérieur ont été modifiées avec des photocopies de mains des élèves







Un oeil qui va être réparé


Préparation pour un mur de 60 m de long sur lequel tous les ateliers vont travailler le 5 juin.




Inspiration métro de N.Y
Des wagons rouges seront peints puis tagués par groupes ou en solo ( enfants, ados, adultes, une centaine d'élèves)



Sculptures posées au sol
Je les trouve super 






Dernières vue de l'atelier et de la prof  (bandeau rose), un sacré bout de femme !





.
J'ai tout de même le coeur gros ce soir.
Gros et rempli.

Une page se tourne...
Pour aimer il faut laisser
Pour choisir aussi.
Et remercier.

.