23 juil. 2015

Avant le chaud qui ramollit










J'ai emprunté un petit livre sur Maillol.
Plein d'inspirations.







Puis un trop de chaleur est venu me réduire en bouillie mentale.

On attendra donc un peu plus de frais et que l'été s'éloigne.
Ou peut être mi-août, sur des hauteurs auvergnates.










27 juin 2015

Peinture PUIS collages ?

C'est l'imprévu avec le collage. Petits bouts de papier, par ci par là de 36 000 manières.

Mais cette année je n'avais pas refait de la peinture et ensuite du collage par dessus. C'est pourtant une façon qui me vient naturellement et qui peut donner de l'étonnant.

J'ai de nouveaux pastels "aquarelles" et des tubes d'aquarelle aussi ( les anciens étaient en bout de course).
J'ai installé la table basse en bas, son ossature en bambou et sa plaque de verre ronde, devant la baie vitrée. C'est le coin frais, quelque soit la chaleur ( que je crains).

Et je peins.


Et je rajoute des touches de papier dans la peinture.






Ce bouquet était destiné à un ami que je connais peu, que je n'ai jamais rencontré. Je ne sais jamais que faire dans ces-rares-cas. Car je pense toujours au destinataire quand je créé un art postal et je fais avec mes pensées vers l'autre.

C'est sans doute aussi le cas à chaque fois que l'on peint. Il y a quelqu'un. Il y a des êtres qui se rassemblent autour du pinceau même si on ne le sait pas. C'est une poussée invisible, un accompagnement intérieur.

Cela peut être la tristesse ou le désespoir. Le désoeuvrement.
Comme hier, sur tout autre chose, où j'ai utilisé mes pastels comme mouchoir pour mon chagrin.


L'envoi est arrivé. Et je suis contente.


Le même jour j'ai aussi vu ce vase se poser sur le papier.


C'est le vase qui me plaisait mais je n'ai pas su l'accompagner.




Rien ne me convenait.
La peinture est maintenant coupée en quatre bandes horizontales qui trouveront peut être une nouvelle vie.

.


13 juin 2015

Cartes maisons anticanicule

Au frais, tapie au rez de chaussée pour combattre la chaleur de début juin, je me suis remise à quelques collages.

J'ai ensuite commandé du petit matériel, dont des pastels aquarelles. Pas mal. Pratique, je dirais surtout, à transporter, par exemple, pour celle qui gardera une maison en aout et compte bien y dessiner et peindre...et coller ?

Un pot- pas-pourri de quelques cartes qui auront, j'espère trouvé leur destinataire.

Je te le redis en passant, si tu reçois quelque chose de moi, j'aime beaucoup qu'on me signale simplement en une phrase, si le courrier est arrivé.
Pas besoin d'en dire plus, j'aime seulement imaginer que mes art postés ne disparaissent pas entre nos maisons. Et crois-moi, ça arrive !















12 juin 2015

Merci Martine !

Mon amie Martine m'a offert un cahier de coloriages sur les jardins
Elle ne savait pas à quel point il serait précieux !

J'ai photocopié des pages.
J'ai peint et dessiné dessus afin d'entrainer les dames des ateliers sociolinguistiques où je travaillais à en faire de même

Nous avons ainsi recueilli une cinquantaine de dessins colorés que nous avons collés en guirlande sur des fils.
C'était très beau et je m'aperçois aujourd'hui que je n'ai pas gardé les photos de ces décorations.
Zut.
En tout cas, oui, ce cadeau a profité a énormément de monde.
Des dames sont reparties chez elles avec des photocopies pour les donner à leurs enfants, d'autres ont colorié chez elles avec plaisir.

La récolte fut impressionnante.


Ci-dessous uniquement mes créations...


Sur photocopies



 Et improvisations inspirées des motifs du cahier de coloriage













Encore merci !

8 juin 2015

Les p'tits vite faits sur carnets

Il y a deux ans j'ai agrafé quelques feuilles pour en faire un carnet.

Puis dans les minutes qui ont suivi j'ai mis ce qui me passait par la tête. J'ai rempli la dizaine de pages.
J'avais emprunté un livre d'art sur Picasso et ses dessins. Ceux où tout est fait dans l'instant sans lever le crayon m'avaient joyeusement hantés.



Quelques brins d'herbe la rendaient attendrissante




Des muses à ses pieds

*


Elle avait eu des accidents


De la paume d'une main invisible il cherchait son appui




Timide dans la forêt




La vie devenait moelleuse, il avait trouvé sa voie.


Récemment , sur un joli carnet illustré, j'ai dessiné au crayon, plusieurs soirs de suite, le soir au fond de mon lit. 


Un vase posé suffit pour être chez soi



Ce petit air d'impossible défie l'entendement







L'homme boudin aux pommes et la femme transatlantiqe







Nouveaux amis







Princesse 



.

.