29 oct. 2014

Pour chaque baiser...

C'est ce qu'on s'est dit en une fin d'été qui avait besoin de se faire remonter les bretelles des amoureux :

On s'est dit qu'à chaque baiser et geste tendre on ferait un petit dessin sur ce grand  carton que je mettais là sur le frigo, tiens.

 Un pot rempli de feutre et l'obligation -douce et thérapeutique - qu'un des deux amoureux dessine, en écho de chaque geste tendre, sur le vif immédiatement, jour après jour.

Deux mois après j'ai relié, colorié ou peint et nous avons posé dans un lieu abrité le résultat du quotidien qui s'aime








On a maintenant très envie de recommencer .


A part ça ce fut la poire d'empoigne que voilà



.
Un petit exercice vite fait sur le gaz.
- un carton-palette 
- un fond d'encres vertes et sépia
- de l'huile blanche
- un seul pinceau qu'on ne nettoie pas entre les coups.

A part ça, le bureau fut rangé et pour la première fois la table où je peins et dessine, mise face aux fenêtres. 



Il continue de faire un temps époustouflant.

Et puis j'ai aussi remis un coup de peinture sur une porte.

Comme ça




Et puis au courrier sont parties des drôles de filles





Voili voilà.
Et vous, ça va ?

.





27 oct. 2014

Deuxième affiche

Toujours pour le même groupe de copains ( article précédent)
Une deuxième affiche sur papier peint, style Douanier Rousseau.














et Hop
En bas j'ai dessiné un mini bus avec le nom du club-des-potes et une route qui entre dans la jungle.
Mais ça c'est secret....

Je peins sur le côté où l'on met la colle.
Le seul truc un peu fatigant c'est que je suis souvent courbée au dessus du rouleau posé au sol
Mais j'ai démarré le yoga alors je vais savoir me tenir comme il faut.
:-))




Je tiens ici à remercier officiellement le mois d'octobre absolument dément que nous avons eu.
Certes les couleurs sur les arbres seront peut être moins belles, comme l'année dernière.

Mais nous continuons de manger dehors. Les froidures du matin fondent vite, les lunettes de soleil sur le nez on se croit aux sports d'hiver sans hiver.
C'est beau c'est beau c'est chaud et je suis en vacances donc c'est vraiment très beau !

.


22 oct. 2014

Affiche et croquis , cadeaux

C'est un petit défi agréable. Faire des dessins, des peintures pour un groupe d'amis.
Une bannière-poster, comme l'année dernière, ou des petits tableaux.
Peu importe. Mais il y a quand même un thème car c'est un groupe qui se réunit deux fois l'an autour de leur expérience de travail dans les camps khmers entre 1983 et 1990.

Ils s'étaient perdus de vue pour certains, et ils se sont retrouvés depuis quatre ans. Ils ont fondé un groupe et l'expérience dans ces camps les a tellement changé, forgé, qu'ils ont plaisir à se retrouver, voir ce qu'ils sont devenus et se souvenir de cette époque.
Rassembler des données, des photos, des archives, travailler ensemble pour peut être créer un livre.

Ils sont entre douze en vingt à passer un week end ensemble. Je ne fais pas partie du groupe, c'est Lui qui en est. Mais il y a vraiment des copains là dedans et j'aime bien leur offrir quelque chose, même de loin.

Comme l'année dernière, j'ai ressorti le rouleau de papier peint blanc.

Je suis partie de deux envies

- le krama. C'est l'écharpe traditionnelle khmère. On en trouve de toutes sortes, des plus simples en coton à carreaux blanc et une couleur...jusqu'aux plus sophistiquées, multi-colorées, fines ou épaisses. La traditionnelle de base est portée par tous les paysans. Elle a aussi été, hélas, le symbole des khmers rouges responsables du génocide. Le krama noir et blanc fut presque leur drapeau.
Ce temps est révolu. L'écharpe est demeurée une constance dans l'habillement.

J'en ai plusieurs, de diverses couleurs, dont cette petite, fine, rouge.
Posée comme ça on dirait un torchon, mais je vous assure que non.





- une photo d'une khmère dans une rizière. Je la tiens d'un magazine, j'avais fait une photocopie il y a vingt ans. Je ne l'avais pas encore ressortie du carton à dessins !



Je me suis mis en tête de peindre en fond un morceau de krama rouge. Ce ne fut pas très facile, pas extraordinaire mais expérience intéressante. Je crois que reproduire un tissu est vraiment difficile !

Bon, voici quelques étapes.
L'ensemble est sympa, c'est le but, il n'y a pas d'enjeu de qualité, de jugement, c'est pourquoi je le fais, sans complexes. Sur le croquis, la partie corps près du panier serait à reprendre, ainsi que la forme du panier, entre autre. Par contre je suis contente du krama sur la tête.

Bref, c'est un premier jet. Avec ces amis, l'avantage est que tout le monde est toujours content au final ( personne ne m'a rien demandé)  et moi j'apprends toujours quelque chose.




.










.
Je ne sais pas du tout ce que je vais faire d'autre.
J'aime assez le format rouleau de papier peint qui s'emmène facilement aussi.
J'aimerais recommencer des mandala. L'année dernière j'en ai fait plusieurs sur papier cartonné, en petit format-cadeau. En faire un sur ce grand format ? En forme de rectangle comme un jeu de l'oie...ouïlle ça se complique !



.


20 oct. 2014

Crazy rabbit

Oui ce matin, petit dejeunant enfoncée dans le canapé ( j'aime manger allongée, j'ai raté une carrière dans la Rome antique), je voyais cette planche adossée à l'étagère avec une vieille peinture dessus.

Les peintures sur les planches, j'en fais , je recouvre, je refais.

Etait donc venue l'heure de refaire.

Etait venue l'heure du crazy rabbit.

Dont voici la naissance, en étapes.

Huile et grattages, le lapin aime se faire gratter le dos.












Franchement il a une bonne tronche.
J'aime bien l'effet gratouillis qui lui donne de la présence, du vivant.

Je vais remettre cette planche sur l'étagère en bas.
L'endroit est un peu sombre, je verrai comment il se comporte.


Il lui faudrait un prénom

Gratouille ?

:-))



j'ai démarré avec ça...


!