26 août 2015

Collages printaniers en fin d'été

Vous le savez je n'aime pas l'été. Surtout aussi chaud que le 2015.
C'est donc avec délivrance que je vois s'installer les matins et les soirs de fraîcheurs et, enfin !, mon atelier ( plein sud...) disponible dans la belle lumière revenue.

Pour fêter cela j'ai fait une première cure de cartes postées pleines de fleurs.

















Je n'ai pas tout pris en photo. 


Une carte est partie pour Ayla.


Que j'ai eu la chance de papouner l'an dernier. Une adorable créature extrêmement affectueuse.
Malade, elle est partie cet été dans les étoiles au coeur de son jardin-bois chéri.
Son amie, mon amie, est bien triste. Elles recevront mon courrier toutes les deux.

Archibald aussi recevra une carte. Un petit poilu de chat jardinier et tendre qui nous a quitté aussi, enfin physiquement uniquement. Il manque terriblement à mes amis, au jardin du vent breton.

Ainsi donc au moins huit cartes sont allées voir leurs destinataires, sur Terre et dans la Lune.
Ce n'est peut être pas fini, puisque l'été s'en va et que j'en suis ravie.

.

22 août 2015

Bois peints

Deuxième essai réussi pour des peinturlures sur  branches mortes et douces sinueuses.

Cette fois j'ai mieux laissé le bois dire. Dans ses recoins, ses granulés, ses trous et ses bosses, des formes cocasses sont venues se faire colorier.







Une activité très jouissive. On se met dehors.
J'ai utilisé des restes de tubes acrylique.

On écoute la radio ou les oiseaux et on laisse venir.
Tout simplement, tout en amusement et plaisir d'enjoliver ce qui déjà était joli.











Dans ce jardin de vacances il y avait deux poules.
Elles ne m'ont pas quitté tout le temps que je peignais.
Des artistes, sans aucun doute.


.


23 juil. 2015

Avant le chaud qui ramollit










J'ai emprunté un petit livre sur Maillol.
Plein d'inspirations.







Puis un trop de chaleur est venu me réduire en bouillie mentale.

On attendra donc un peu plus de frais et que l'été s'éloigne.
Ou peut être mi-août, sur des hauteurs auvergnates.










27 juin 2015

Peinture PUIS collages ?

C'est l'imprévu avec le collage. Petits bouts de papier, par ci par là de 36 000 manières.

Mais cette année je n'avais pas refait de la peinture et ensuite du collage par dessus. C'est pourtant une façon qui me vient naturellement et qui peut donner de l'étonnant.

J'ai de nouveaux pastels "aquarelles" et des tubes d'aquarelle aussi ( les anciens étaient en bout de course).
J'ai installé la table basse en bas, son ossature en bambou et sa plaque de verre ronde, devant la baie vitrée. C'est le coin frais, quelque soit la chaleur ( que je crains).

Et je peins.


Et je rajoute des touches de papier dans la peinture.






Ce bouquet était destiné à un ami que je connais peu, que je n'ai jamais rencontré. Je ne sais jamais que faire dans ces-rares-cas. Car je pense toujours au destinataire quand je créé un art postal et je fais avec mes pensées vers l'autre.

C'est sans doute aussi le cas à chaque fois que l'on peint. Il y a quelqu'un. Il y a des êtres qui se rassemblent autour du pinceau même si on ne le sait pas. C'est une poussée invisible, un accompagnement intérieur.

Cela peut être la tristesse ou le désespoir. Le désoeuvrement.
Comme hier, sur tout autre chose, où j'ai utilisé mes pastels comme mouchoir pour mon chagrin.


L'envoi est arrivé. Et je suis contente.


Le même jour j'ai aussi vu ce vase se poser sur le papier.


C'est le vase qui me plaisait mais je n'ai pas su l'accompagner.




Rien ne me convenait.
La peinture est maintenant coupée en quatre bandes horizontales qui trouveront peut être une nouvelle vie.

.