30 août 2014

Croquis pour redémarrer

Oui parfois l'on se prive de ce qu'on aime
On retourne dans une coquille qui finit par sentir la fille enfermée

Et puis quand on en a soupé, qu'on est bien moche et qu'on ne s'est pas assez secoué, qu'on a remué les méninges et qu'on lave son linge en famille, ou seul ou à deux.
On s'extirpe du siège on saute sur cette photo qu'on a sélectionné depuis longtemps.

On croque, on croque, aussi bon que les pommes revenues sur les marchés et si bonnes pour notre être tout entier.

Trois couleurs maxi, crayon ou stylo, pastel, 10 mns par feuille.
C'est un commencement.

.
















.


Enfin l'été va aller se coucher. J'aime ses débuts mais pas ses fins et son interminable langueur qui ne réserve pas que des beaux jours dans nos vies.
L'automne annonce toujours pour moi un mouvement, quel qu'il soit. Et j'aime cela.

.


1 août 2014

Traits à venir

Ce matin je trie dans les magazines pour mettre de côté des modèles et des inspirations.
Je vais en punaiser plein au mur.
Je veux retravailler sur modèles.
Dessiner.



Ce matin je reprends aussi cette lourde planche dont je vous ai parlé sur l'article précédent.
Là où j'avais finalement raté une peinture qui démarrait bien.

C'était vraiment laid.
J'ai décidé de faire un félin, un tigre ou genre
J'ai trouvé une photo de lionne, je m'en suis inspirée.

Je me suis plantée dans les proportions, je pense. Je viens de reprendre les pattes, enfin les jambes, zut comment dit-on, pour un félin, pour dire "la jambe" ? 

Bon mais, c'est un animal inventé, je crois qu'il n'existe pas, alors disons qu'il a le droit d'être tordu des guibolles !


Et puis moi aussi, du fond de ma grotte, je veux bien être classée patrimoine UNESCO.





Depuis cette photo, j'ai repris la patte avant, celle près du museau, en l'élargissant en haut.









Nous avons donc un nouvel ami sur la terrasse...à moins qu'il ne soit un jour recouvert et transformé lui aussi. Les planches du garage vivent plusieurs vies ici.


.

26 juil. 2014

Début, fin et rien

.
Le début était sympa
Et j'ai appris bien des choses, j'ai aimé travailler dessus.







A ce moment là cela me plaisait
La nuit est tombée
Le lendemain toute la lumière des couleurs était partie
Le tableau était terne et sans intérêt




Je l'ai mis dehors
C'est une lourde planche de contreplaqué
On s'en servira comme planche pour contenir le bois

J'ai cerné de blanc, juste pour faire quelque chose, car c'était moche
Décevant par rapport à la veille où il avait son petit cachet







C'est la vie des planches peintes dans la maison
Des expérimentations sur lesquelles je n'use pas de la belle peinture
Juste de la gouache, en général.




22 juil. 2014

Impro apprendre transformation d'un sombre au clair

Je ne sais plus comment ça a commencé
Si, j'ai pris une feuille Canson et j'ai badigeonné de rouge et jaune.
Dessus j'ai collé des morceaux de peintures d'un magazine.
Je me souviens qu'il y avait une peinture d'une femme couchée sur le ventre, la tête relevée dans une robe rouge, un chignon noir.

Je voulais faire une peinture pour une amie.

Puis j'ai peint et recouvert les papiers collés. Ajouté des papiers chinois dorés très fins.
L'encre est arrivée et la colle que j'ai étalée au doigt.

Les superpositions se sont tannées avec la colle, une impression de cuir, d'un sac rapiécié, patchwork de morceaux acajou, carmin, terre de sienne, brun moutarde et du noir.
J'avais ajouté des pigments et de la peinture
J'aimais beaucoup les couleurs et le sentiment profond dégagé.

Très difficile à prendre en photos








Cerner d'encre foncée n'était pas une bonne idée.
Je reviendrai sur ces couleurs et ces superpositions sur un autre format, plus grand.
J'ai verni mais l'ensemble a terni.

J'ai eu envie d'éclairer vraiment, de changer de braquet.
Et puis c'était un cadeau, je ne voulais pas rester dans le sombre s'il n'avait pas d'éclat.

J'ai tout repris. Re collé du papier doré, re peint, re mis un autre pigment et travaillé le blanc un peu partout.
J'ai verni
La nuit est venue.
Au matin il avait encore bonne mine.

Il y aurait encore à refaire, préciser, embellir, mais je le laisse ainsi. Imparfait.
J'ai appris des choses, éprouvé des techniques qui me donnent très envie.

Ce matin la Poste a avalé le paquet....Il ira vivre dans une maison sous d'autres yeux.
















Je n'ai cessé de le photographier, j'avais envie de le garder.
Je voulais m'imprégner de ce qu'il m'avait apporté avec la hâte de tout recommencer.

.
.