31 janv. 2015

Sous l'hiver se cachent des fleurs

Janvier ?
Est-ce que je t'ai montré les petits carrés de tissu de fin décembre ?






Et puis quand on a la tête à l'envers, les fleurs c'est nécessaire
.

Même si parfois des drôles d'oiseaux s'invitent tout seuls


On les accueille


Des tronches aussi. Un dimanche pourri, toujours pas les idées éclaircies, ne restait qu'à délirer avec un feutre.




Pour le travail je voulais faire des essais de bouquets en utilisant un joli papier fin from London.






Celui ci dessous rend un peu zarbi en photo mais a tout son charme en vrai
Je l'ai gardé chez moi sur une étagère puis il est parti au courrier.




.


Tous ces vases, tous ces bouquets sont partis à la Poste rejoindre des maisons amies.


J'aimerais bien être une petite souris dans des boîtes aux lettres.

Maintenant passons à février. Le printemps d'y cache sous l'hiver.


...


27 déc. 2014

Noël productif !

Pas du tout déprimée cette année par mes Noëls solitaires, je me suis mise aux pinceaux, cartons, crayons de couleurs et autres douceurs. Tellement contente d'être en vacances !!


La plupart de mes créations sont parties dans des enveloppes.



Celles sur un petit format découpé dans du carton...









Les calendriers poétiques, personnalisés, sur du format papier épais A4..
Ce fut une première. Quelques essais précis pour de rares personnes.


















Il y a eu beaucoup de bouquets. La plupart sont dans l'article précédent.



.


Et maintenant, pour changer d'année,  je vais redessiner et croquer des bestioles, je crois !
A partir de modèles, j'aime bien ensuite inventer un animal.













.
J'ai  aussi des petites cartes du WWF, photos d'animaux sauvages, que j'ai envie de relooker...

.

23 déc. 2014

Fleurs de décembre

Oui c'était assez moche ce que j'ai mis sur mon dernier article
Rassurez-vous tout sera recouvert et repartira vers d'autres peintures

Pour me faire pardonner, quelques bouquets de Noël dont la plupart partent au courrier.




Je ne mets pas en entier ceux qui n'ont pas encore rejoint leurs destinataires.

....Je reviendrai vous poser une autre fournée de courriers de fin d'année
dont des calendriers poétiques qui voyagent en ce moment.









J'ai récemment croisé une copine de l'atelier du village, celui où je ne peux plus aller tant que je travaille.

Comme moi elle est impulsive et rapide, créant des dizaines de croquis et peintures en une séance.

Nous en avons parlé, et de la liberté d'oser sans complexes, sans jugements. "Je me soigne" me dit-elle en riant, " c'est ce que je dis aux autres : moi quand je peins et dessine, je me soigne !". 
C'est bien vrai.

.

.

14 déc. 2014

D'hier à aujourd'hui.

Que dire. Hier j'ai pensé tout changer.
J'ai pensé quand on change tout. Sur une impulsion, sur un coup de tête, parce que sinon on ne change pas grand chose, avoues.

Non on le fait comme on plonge l'âme la première ou rien du tout.
C'est douloureux autant que cela soigne, c'est une façon de renverser la table.

Changer de maison, battre campagne, oser dire à l'amour que rien n'est simple, zig zaguer, se retrouver seul. Changer de visage et de ton. Prendre une nouvelle température. Entre violent être con. Etre sauvage être beau être à l'envers, tout retourner pour voir derrière.
Longtemps, oui, j'ai été.

Que faire maintenant quand on a tant retourné ?
Peindre peut être.


Et là surtout, tout transformer. Barrer la route, barrer de blanc, Recouvrir et enduire, gratter et détester. Reprendre et ne rien faire de mieux. Mais pendant que je gratte du blanc sur de la couleur sauvegarder un peu de rage, de projets. Carburer sur une autre planète que celle où j'assois mes pieds. faire un tour sur ma balançoire privée.

Ainsi était au départ. Hier




.


. Et aujourd'hui.




.




Ce blanc qui m'apaise. Ce blanc vient souvent d'huile et de doigts me bercer. Violent et effacé. Ce blanc est le cercle, la roue de mes pensées. Ce blanc est silence et tout ce qu'on ne dit plus. Le blanc dit sur la route des disparus.

Le blanc est courage, voyage sur les couleurs comme un brouillard qui révèle en moi, qui brouille des pistes et les force. Au hasard, comme être ce qu'on n'a pas encore été.

.