Maintenant je sais le faire !

Hier le soleil a frappé un grand coup.
On sait qu'il ne faut pas en devenir fous et présumer de ses forces...mais quelle Joie !
Sur le balcon tous les pots ont fait leur toilette et on s'est assis à nouveau au dehors, tout simplement...
Marcelle est passée m'apporter des primevères.

Je me suis dit " Quelle coïncidence,
je viens d'en parler !"

J'aime les clins d'oeils de la vie.






Comme le ciel semblait reprendre des ailes, j'ai tenté un gâteau de Savoie.
Le truc aérien au possible, que ma mère adorait. Nous allions l'acheter sur un petit marché et on le dégustait avec de la confiture d'abricots. Le pur délice dans ma mémoire.
 Je n'ai jamais réussi à en faire..Mais je n'avais jamais compris qu'un "batteur à oeufs"
ça ne sert pas seulement à battre les blancs !

Et puis à force de devenir moins bête avec l'âge, si, si vous verrez...J'ai compris que les jaunes d'oeufs et même les oeufs tout court, aimaient bien être battus en diable, électriquement, et avec du sucre.
C'est en lisant des recettes qui aident à se nourrir de la tête aux pieds que j'ai osé.

Sans hésitation, oeufs et sucre se mettent à gonfler, lisser, et pâlir...Et là, tu sais que ton gâteau va ressembler à une belle chose légère, pas un plouf-plouf...Enfin, ça c'est si tu veux un truc aéré, bien sûr.

Donc, je suis retournée voir cette recette qui m'avait fait envie.

Je n'avais pas de fécule de pommes de terre, j'ai fait le gâteau avec un mélange de farine de riz et de maïzena (que les puristes me pardonnent...).  La farine de riz est très aérienne et finalement, elle a été parfaite.
J'ai mis 3 gros jaunes et un petit oeuf entier, ensemble, avec le sucre ( 120 gr pour moi). Ils ont fait bon ménage et ont pris le volume rêvé. Les 3 beaux blancs en neige ont conclu le mariage.

Mon four est un objet qui crache des flammes de l'enfer et n'a pas de thermostat. Le thermostat c'est une plaque sur laquelle on met le plat à cuire. On met ou pas de l'eau dedans, pour apaiser la chaleur infernale.
Si tu veux du croquant très cuit, tu mets pas la plaque, et ça fait rôtisserie aussi.
Bon, donc..qu'allait-il advenir de la mousseuse préparation ?
Et ben, comme la journée était une très belle journée, j'ai réussi à maîtriser ce four et le résultat fut au dessus de mes attentes !

Une chose nouvelle, une "première fois" :
tout ce que j'aime !

Tant qu'il y a encore des "première fois"c'est
qu'on est encore drôlement bien en vie !
... c'est ma devise.

Articles les plus consultés