19 févr. 2010

Maintenant je sais le faire !

Hier le soleil a frappé un grand coup.
On sait qu'il ne faut pas en devenir fous et présumer de ses forces...mais quelle Joie !
Sur le balcon tous les pots ont fait leur toilette et on s'est assis à nouveau au dehors, tout simplement...
Marcelle est passée m'apporter des primevères.

Je me suis dit " Quelle coïncidence,
je viens d'en parler !"

J'aime les clins d'oeils de la vie.






Comme le ciel semblait reprendre des ailes, j'ai tenté un gâteau de Savoie.
Le truc aérien au possible, que ma mère adorait. Nous allions l'acheter sur un petit marché et on le dégustait avec de la confiture d'abricots. Le pur délice dans ma mémoire.
 Je n'ai jamais réussi à en faire..Mais je n'avais jamais compris qu'un "batteur à oeufs"
ça ne sert pas seulement à battre les blancs !

Et puis à force de devenir moins bête avec l'âge, si, si vous verrez...J'ai compris que les jaunes d'oeufs et même les oeufs tout court, aimaient bien être battus en diable, électriquement, et avec du sucre.
C'est en lisant des recettes qui aident à se nourrir de la tête aux pieds que j'ai osé.

Sans hésitation, oeufs et sucre se mettent à gonfler, lisser, et pâlir...Et là, tu sais que ton gâteau va ressembler à une belle chose légère, pas un plouf-plouf...Enfin, ça c'est si tu veux un truc aéré, bien sûr.

Donc, je suis retournée voir cette recette qui m'avait fait envie.

Je n'avais pas de fécule de pommes de terre, j'ai fait le gâteau avec un mélange de farine de riz et de maïzena (que les puristes me pardonnent...).  La farine de riz est très aérienne et finalement, elle a été parfaite.
J'ai mis 3 gros jaunes et un petit oeuf entier, ensemble, avec le sucre ( 120 gr pour moi). Ils ont fait bon ménage et ont pris le volume rêvé. Les 3 beaux blancs en neige ont conclu le mariage.

Mon four est un objet qui crache des flammes de l'enfer et n'a pas de thermostat. Le thermostat c'est une plaque sur laquelle on met le plat à cuire. On met ou pas de l'eau dedans, pour apaiser la chaleur infernale.
Si tu veux du croquant très cuit, tu mets pas la plaque, et ça fait rôtisserie aussi.
Bon, donc..qu'allait-il advenir de la mousseuse préparation ?
Et ben, comme la journée était une très belle journée, j'ai réussi à maîtriser ce four et le résultat fut au dessus de mes attentes !

Une chose nouvelle, une "première fois" :
tout ce que j'aime !

Tant qu'il y a encore des "première fois"c'est
qu'on est encore drôlement bien en vie !
... c'est ma devise.

12 commentaires:

Anonyme a dit…

Bravo, Lôlà !!! Moi aussi, le gâteau de Savoie, c'est mon enfance, au retour de l'école, quand il sortait tout chaud du four (un four d'une vieille et immense cuisinière à charbon tout usage dans la cuisine - chauffage, plaques chauffantes, de cuisson, etc.). Je n'ai jamais essayé... de peur de le rater !!! Bon, yapluka, avec ta recette, je devrais m'en sortir, avec la chance des débutants, j'espère... Merci pour ce moment gourmand et bon week-end...

Sacha a dit…

Je ne sais pourquoi à la lecture du titre de ton billet je me suis dit: notre Lôlà s'est attaqué à un gâteau ....!!
Le biscuit de Savoie comme pour Mona c'est toute mon enfance et c'est l'une des premières recettes enseignée par ma mère ( savoyarde de naissance )perso j'aime cette patisserie notre mère souvent le coupait en deux et le fourrait d'une crème puis le recouvrait de glaçage simple .....
Je te mets le lien de celui que j'aime ( celui de pierre Koening )
http://lejournalgourmanddesacha.blogspot.com/2008/01/gteau-de-savoie.html
Bonne journée
A++Sacha

la tortue légère a dit…

Merci !
Mona, je suis sûre que tu peux puisque je l'ai fait. Il faut juste le temps, le temps de faire prendre volume aux oeufs+sucre.

Sacha : je note. Je vais maintenant pouvoir varier les styles. Dans ce premier essai j'ai d'ailleurs mis du zeste de citron et du sucre vanillé.

Ah les gourmandes !!

Tifenn a dit…

Les gâteaux perso, j'adore, et avec un four infernal en plus, j'admire :)

Marcus a dit…

Ce gâteau est un piège, il semble si léger…

Anonyme a dit…

Marcus, La tortue légère ne craint pas les écarts de ligne, elle flotte au dessus.

Anonyme a dit…

on a des goûts communs décidément!
moi je sème dans la pâte des zestes d'orange (séchés sur le poêle) ...à déguster avec une confiture maison citron bergamotte, hmmmm...Et voilà çà donne envie de faire des gâteaux!
Malou

Lôlà a dit…

Hum..la gourmande et fine cuisinière, "j'ai testé pour vous" !!

La Licorne a dit…

Le gâteau de Savoie, c'est un délice...mousseux !
le tien donne l'eau à la bouche !

C'est aussi le premier gâteau que j'ai tenté (j'avais treize ans, je crois...).
Il est rare que je le rate...mais je triche un peu: mon truc à moi, c'est que je rajoute, à la recette classique, un demi-paquet de levure ! (les oeufs en neige ne suffisent pas toujours à faire lever la pâte)
Et puis je règle le four sur "chaleur tournante"...et ça marche !

Le plus difficile, en fait,c'est de faire une photo avant qu'il ait disparu !

Dana a dit…

On a aussi un gâteau traditionnel qui s'appelle "cozonac" et qui a la vertu de rappeler l'enfance, j'ai jamais eu le courage de le faire, peut-être un jour, en pensant à toi...
Mais, c'est dur, comme toi, je ne respecte jamais une recette !!!
Gros bisous.

Lôlà a dit…

Bonjour les gourmandes des gâteaux légers ! Merci d'être passées goûter le mien, copié-inventé et bon.

Mystère a dit…

Eh ! Géniale ta devise, lôlà, et bravo pour ce gâteau, qui est aussi très beau à regarder, puisque, hélas, on ne peut le goûter...