Salée

Où sont passées mes larmes , bon sang où ai-je pu les laisser ?
J'ai tant besoin d'elles. Voyons, elles sont des aliées ! Pourtant de mon vaisseau on dirait qu'elles ont délaissé l'abordage.
Je les vois en coin, sur une île qui me nargue. Mais vers moi ne reviennent. On dirait que j'ai tant creusé pour les enterrer. C'est bien malgré moi que cette disgrâce m'assaille.
Où sont passées mes larmes dont je n'ai plus si peur et que je réclame aujourd'hui ? Celles qui bordent la nuit, des canes dans le brouillard, des petits poucets pour faire voir. Je voudrais bien encore qu'elles m'ennuient, me ruinent le portrait et apaisent avec bruit.
Qu'elles viennent et fête je leur ferai. Quand elles partent il fait toujours mieux jour.

.