nature changeante

.

Sur le marché ce matin plein de pommes et poires.
Des fruits que j'aime particulièrement
.


Voyons voir...




Le soleil derrière les stores
On commence sérieusement

.


Puis un peu d'encre, du stylo, du crayon

Puis on regarde de moins en moins le modèle
Et c'est là que ça devient plus jouissif


C'est quoi le "truc" en bas, en dessous de la poire ? m'a demandé l'oeil de lynx de la maison.
Oui, euh, feu la pomme s'en est pris un coup, j'avoue.



Ce que je j'aime dans le travail avec modèle, que ce soit dans la nature, un banc, un arbre, que ce soit dans la maison, un vase, des fleurs, des fruits, ce qui est intéressant c'est la progression à partir d'un premier travail qui copie vaguement. 

Au départ, repérage des ombres et des lignes, des couleurs éventuellement.
C'est comme une empreinte qui se fait dans le corps, un premier signal, un phare dans le brouillard.
Ensuite on peut naviguer, dériver, utiliser les acquis du copiage pour voguer plus loin.





Je prends du temps au début, pour coller au modèle, enfin euh, tenter de grapiller quelques trucs.
Ensuite j'enchaîne à peine dix minutes par croquis, pour le plaisir du geste et d'une liberté qui vient.




.

Contente. Pourtant je n'avais pas trop envie de peindre, oui j'avais envie de croquer les fruits, c'est tout.

Demain on prend les mêmes et on recommence, en cadence, vers l'abstrait ?

.

.