Les fruits défendus ( me laissent faire)

.
C'est dommage je ne me souviens plus de son histoire.
Les peintures qui viennent toutes seules après divers chemins sont bourrées d'histoires.

Je sais qu'avant les fruits défendus, il y a eu des recouvrements au pastels, mais de quoi ? Du moche.
Il y a eu une bonne femme moitié canard ou poule, avec des cheveux frisés blancs qui partaient en épaisseur et en vagues. Il y avait aussi beaucoup de bleu.

Ayant travaillé un peu pommes et poires dans un saladier, je décide de leur donner la liberté.
Liberté de couleurs, sortie du saladier, autonomie dans l'espace, déséquilibration.
Oui la déséquilibration c'est un art auquel je m'applique.

Ainsi les fruits défendus n'ont eu en fait aucune résistance. C'est allé tout seul en un tour de doigts. Pastels, encres et huile blanche. Les mélanges interdits, périlleux, e pericolo sporgerssi.
.




.



.


.

Le mari d'une amie peint souvent des fruits ou légumes, tant et si bien avec tant de couches de pastels et de matière travaillée en secret que tu ne sais plus exactement de quelle planète ils proviennent. Une planète de poètes, de douceur, de caresses mille fois sur le bois ou le papier. Le geste en somme, est tout ce qui compte.
Pour peindre ne soit pas sage.
Tes pots par exemple, ne les referme pas tous. J'aime laisser sécher l'encre dans de petits godets. Des mélanges comme bleu et rose. Travailler la pellicule de ce petit lait et l'épaisseur grumeleuse qui se fera.

Rêver
Changer de monde
Faire voir ce qu'on ne voit pas
Provoquer ou satisfaire
Se rapprocher de soi de cette impossible histoire
En découdre avec la vie toute et aussi impossible
En des termes qu'on voudrait choisir
Comme finir en beauté





.