Grand format ( pour moi)

C'est en faisant des essais totalement ratés de peinture à la cuve ( style papier de reliure) que j'ai décidé de faire totalement autre chose : prendre cette grande planche épaisse, carrée, qui a survécu à mon dernier rangement de l'atelier et y faire les zèbres.

"Les zèbres" sont deux zèbres sur une page de magazine de peinture, d'une artiste qui peint à l'encre ( couleurs ocres, gris, blancs, noirs, roux...) des animaux, de manière très réaliste et très belle.
J'ai ça sous le nez depuis huit jours avec l'idée de dessiner.

Je prends ma grande planche et je balance de la colle à papier peints, des pigments, de la gouache, j'étale tout ça à la main. Je pose du noir, ce qui est toujours risqué...et du bleu. Pas mal de bleu. Bref, cela se met en place au hasard de mon esprit assez détendu ce matin là, sûre de moi j'étais.


Sur cette matière qui a de l'épaisseur je décide de figurer les zèbres.
Ce sont les taches d'ocre qui m'ont convaincu qu'un animal trouverait sa place dans cette soupe.
Un des museaux s'installait tout seul.


J'ai peint au pinceau avec la peinture blanche, celle des murs de la maison, je l'utilise pour tout.


J'ai essayé de ne pas foirer les proportions, me lançant sur le vif, sans avoir préparé le dessin avant.
Je voulais quand même que ça ait l'air de deux animaux, qu'on les voie clairement.



J'ai lissé avec les doigts les traces blanches.
Les yeux m'ont donné du fil à retordre, ceux de biais, qu'on voyait le moins, mais qui devaient être présents.




C'est la première fois que je fais un truc correct sur un tel format : 60X60 cms.
.


.

Je dirais que tout s'est fait dans la foulée, naturellement, et en une bonne heure l'essentiel était là.




Il manque un chouïa de foncé sur l'oeil du zèbre de gauche, et un peu de cils sur celui de droite.
Je viens de mettre un peu de pastel. 


.



Et voilà.
Ils sont dans la chambre. Ils veillent.

En ce moment je constate que c'est bien le travail de la matière que j'aime, l'épaisseur, par exemple, dans laquelle gratter, lisser, caresser, remodeler.

Je n'utilise pas d'eau. Je prends les matières comme elles sortent des tubes ou des pots, je les épaissis, même, avec colle et pigments. Et j'aimerais introduire d'autres matières. Mais lesquelles ?
C'est aussi pour cela que j'aime le collage mêlé à la peinture.

J'essaierai d'initier cela dans mon atelier du mardi que je reprends en octobre.
Carnet de bord sur :

.