cela ne pouvait plus durer

Non mais non. Laisser cette femme difforme errer chez moi ? ( voir les articles précédents..)


Ce matin et depuis hier soir d'ailleurs, j'ai pris la décision de refaire, au moins sa grosse tête. Et ça je vous dis que c'est un pas de géant. Jamais je n'aurais cru cela possible l'année dernière. Quand je retouchais un premier jet c'était pour tout gâcher. C'est le lot des bébés qui peignent.

De 7h35 à 9h35 je m'y suis mise. Sans stresser, en patouillant lamentablement avec mes pinceaux épais, en n'attendant jamais que ça sèche pour revenir dessus, etc.
Néanmoins, la difforme qui marchait sur l'eau est devenue la géante qui marche sur l'eau. Y'a un ponton quand même, hein ?






Je me suis aussi payée le luxe de retoucher les pieds et je suis contente de ce que j'ai fait et appris.


. Voilà pour ce matin.


Hier un nouvel animal imaginaire est sorti d'un gloubi glouba sur bois, une vieille planche qui avait été recouverte de blanc et attendait son tour.
 Je l'ai travaillée avec beaucoup de pigment jaune, au départ. Et de l'encre et de la gouache et de l'huile blanche, bon enfin tout ce que j'ai sur mon bureau !

.

Gnnn ?



Hé hé il a déjà trouvé une place au salon. On commence à collectionner les choses bizarres et animées.


En cours, ce dessin, peint hier, ce jour je vais cerner au feutre noir, pour en faire une carte géante.
Je vous ai montré la photo-modèle dans le précédent article.


En ce moment je retrouve mon atelier car les nuits sont fraîches et gardent la maison à la bonne température. Ma pièce plein sud est à nouveau fréquentable.
.



Articles les plus consultés