Aujourd'hui n'est pas un jour comme les autres

Depuis avril je suis sur un petit fil. J'ai laissé l'atelier au village où j'apprenais pour moi et seul le projet de l'expo de l'atelier créatif-collectif que j'ai animé à la maison citoyenne me tenait. Très fort.
Une année de peinture d'un mai à un autre mai.

Et juin, une fois l'expo posée, me laissait pendue au fil, dépecée, mal répertoriée, bancale. Quels étaient ces pots de peintures et de pigments chez moi ? Qui étaient-ils avec moi ? Je pataugeais de ci de là.

Juin m'emmenât vers l'Ouest et quand je revins, non, je savais, oui, que peindre peindre tout seul, non. Que j'allais retourner, un jour sans doute, vers les premiers amours. Et recoller. Des bouts de papiers, des cartes à envoyer.

En mai je retrouve une revenante, je croyais qu'elle avait laissé son blog. Deux ou trois années auparavant nous avions connecté et fabriqué ensemble. Des poupées tricotées, en l'occurrence, mais bien plus aussi. Court mais intense. Je m'en souviens très bien. Je l'appelais Tempé, tempérance. Une occitane aux mains d'or, elle sait tout faire, elle aime apprendre sans cesse, c'est ce que je ressens.
Je revois ses collages , je les trouve beaux. Je ne sais pas du tout coller comme cela. Je lui dis aussi que j'ai tenté la peinture sur collages et que je vais recommencer car c'est très imprévisible et jouissif.

Tout à l'heure je récupère des peintures, des taches, des couleurs mêlées sur des papiers et je décide de faire des collages dessus. Je colle et je complète au pastel. J'adore le pastel, l'avais-je oublié ?

Je pose aussi des restes de peintures de cette semaine, encre et pigment, dans un petit bocal, attendent. Je lisse et joue avec les doigts, colle, peinture, mixtures, je façonne. Tout se transforme. Et tout au fond de moi une grande porte se délie, s'envole, une immense délivrance, de la joie.

Oui, c'est vraiment cela que je veux faire et que j'aime vraiment. Aujourd'hui je sais à quoi je vais passer mon été et vers quoi je veux aller. Mêler les matières c'est ce dont j'ai besoin.

.











.