Transformations de tartinades

Merci à Maya qui m'a donné son avis sur les derniers travaux en cours.

Elle m'a donné envie de reprendre ce gribouillis-de-fin-de-palette présenté sur l'article précédent.




Et pour de la transformation radicale c'est de la transformation radicale !

.


Hein ?
Ben....

Sinon, hier à l'atelier j'ai tartiné. J'avais envie d'essayer de nouveaux mélanges à base de pigments, colle, enduit, etc.



Un peu beurk , la tartinade.


Heureusement j'ai quand même fait ça rapidos, durant le dernier quart d'heure.



Comme d'hab, au doigt en -fin-de-palette. Zip, zoup.


.
Et aujourd'hui j'essaie de reprendre une des tartinades, la plus moche la plus grosse. Pff. Je fais des horreurs et puis j'en découpe des bouts et puis, bon...




Non ce n'est ni un reste de nouille, ni de la paille, ni de la laine emberlificotée. Moi être un peu emberlificotée, ça oui.


Cela fait huit jours que je ne travaille plus avec un modèle sous les yeux. Je crois que j'ai ma dose et que je vais reprendre cette très bonne habitude pour la novice que je suis. 

J'ai envie de théières, de fruits (pommes, coings ?), de roses d'octobre et de tant de choses encore déjà faites, déjà dessinées et magnifiquement peintes et qui donnent le goût d'en faire encore.

Ce matin l'atelier créatif avec les analphabètes a démarré. J'anime ces heures de plaisirs picturaux. Gouache et découverte des mélanges de couleurs ce jour. Les productions ont été riches et étonnantes de vivacité. Génial.

 Je n'oublierai pas mon appareil photo la semaine prochaine. J'ai terminé la séance avec mes doigts dans les fonds de palette, deux vases et leurs fleurs pour mes deux collègues. Très agréable. Vases et fleurs, qui s'en lasse ?

.

Articles les plus consultés