La mort change tout

Je n'aimais pas aout, celui là pas plus que les derniers. Et puis en fin de mois ma soeur est décédée d'un infarctus. Elle était dans mon jardin quinze jours auparavant.
C'est la première fois que je suis confrontée à une mort si brusque. Quand on me l'a annoncé au téléphone j'ai tout simplement dit à son grand fils " Non. Mais qu'est ce que tu dis elle était là dans mon jardin toute contente, il y a quinze jours !??. Non."
Si.

Maintenant nous sommes dans l'après. J'ai envie de tout changer. Je savoure aussi encore plus le bonheur de ma situation actuelle. La maison et son jardin, alors que chaque jour je m'imagine déjà vivre ailleurs. J'aime rêver, je ne peux pas me sentir installée quelque part pour trop longtemps, il faut toujours que je me pose devant, loin mais pas trop, des perspectives autres.

Tout changer surtout tout peser et donner plus de force, de sens, courber ce qui est plat, tordre ce qui est lisse, aplatir ce qui résiste, adoucir ce qui semblait acide. Tout.

Je n'ai pas dessiné ni peint depuis le 28 aout. Tout ce que je faisais avant avec une légèreté extraordinaire me paraissait complètement incongru. Le flot s'est stoppé avec la même évidence qu'il s'était imposé en juin, comme source vitale. C'est le chagrin qui fait cela, ainsi que la stupéfaction. 
J'ai tout à coup un besoin des autres encore plus grand. Je vois mieux de quoi j'ai besoin, je sens que tout ce que j'ai mis au repos depuis plusieurs années va se réactiver. Comme la capacité de travailler plus ou de bouger seule, d'affronter l'espace et l'humain autour de moi, d'aller même les chercher, alors que je me suis un peu protégée ces derniers temps, trop fragile. 

Ma mère est morte il y a bientôt quatre années. L'avant et l'après cette mort on tordu tous les liens, familiaux et autres. Ma soeur avait été, elle aussi, dévastée par cet avant ( six années de démence sénile style Alzheimer) et l'après. J'ai sous le coude un récit de cette expérience, une vingtaine de pages. Je pensais finaliser cela cette année et je l'écrivais aussi pour elle, pour témoigner de notre souffrance, pour avancer, pour traverser et mieux se retrouver. Que deviendront ces pages maintenant ? Une nouvelle forme ? Aurais-je le courage de poursuivre ou de refaçonner ce texte ? Je ne sais.

Patience.

Tout changer.

Avant qu'aout ne vienne totalement changer ma vie, j'avais peint une boite.
J'ai une carte jolie


Je n'aime pas trop ce que j'en ai fait mais je me suis beaucoup amusée. Une fois de plus les proportions sont mauvaises, je crois. J'ai esquissé un truc très allongé qui ne fait guère "boîte", je me suis tout de suite précipitée vers les couleurs et les matières. 

J'ai utilisé des journaux japonais ( qu'une lectrice m'a envoyé, quelle gentillesse !) que j'ai collés en fond. j'ai aussi utilisé du papier chinois " de deuil" qui sont des carrés oranges avec du doré au milieu. J'ai mêlé encre, acrylique et huile ( blanc) et même du fusain. Bref, un peu n'importe quoi mais en une heure de temps j'ai aimé tous les gestes et les essais.



J'aime mieux les morceaux que l'ensemble




J'y ai appris les mélanges de matières possibles et impossibles. Comme du fusain sur de l'huile, ha ha ha....





Hier j'ai senti un regain de vie en moi. L'idée de dessiner à nouveau semblait moins saugrenue.

Je suis passée au boulot. Je ne serai pas salariée cette année, mon contrat de remplaçante est terminé, mais j'anime bénévolement un atelier le mardi matin, avec le groupe de femmes analphabètes que je connais bien. Atelier de créations picturales.  Expo en 2013. Je quitte la casquette de "formatrice en français" pour celle de.....animatrice atelier artistique....C'est tout nouveau, cela me réjouit. Du coup j'intègre un atelier dans mon village pour progresser et échanger avec une vraie pro, art thérapeute en prime.

J'utiliserai ce blog pour partager cette expérience avec vous. C'est un outil riche et qui m'aide à prendre du recul. Tous vos commentaires me font avancer, vous le savez ?


.


.

.

Articles les plus consultés