18 janv. 2010

Transhumance

Depuis hier le printemps revient en douce, juste un peu, faire cligner nos yeux.
Je ne sais pas. Des chants d'oiseaux différents et surtout une lumière le matin, le soir.
La longueur des journées s'installe dès qu'il fait meilleur.
C'est un sentiment diffus. Pourtant le froid est là, mais...?

Croisé des bourgeons de lilas sur le chemin du boulot.
Un moineau perché sur un toit, plein de duvet, semblait me raconter quelque chose.

Alors juste pour le plaisir, ces merveilleuses photos de transhumance, que vous trouverez sur le site du Parc Régional du Vercors, rubrique l'expo du mois.

PS. Et quelle générosité des photographes que de nous laisser copier leurs photos !
Merci ! Leurs noms sont en liens dans la rubrique.

19 commentaires:

croukougnouche a dit…

tu mets pas le bruit des cloches???
ça serait génial d'entendre ces tintements bucoliques en arrivant sur ton blog.....

Anonyme a dit…

Il y a des jours ou je transformerais bien en mouton, rien que pour faire une belle balade...

Léna a dit…

Que c'est beau ici...le choix des photos...les mots qui vont avec...et l'idée d'un blog à deux...pour garder le lien...malgré la distance...oui c'est vraiment beau par ici...

Lôlà a dit…

Tu as raison la musicienne Croukou !!

Bonjour Lena, oh la la je suis ravie, une nouvelle amie ici ! Tu démarres un blogue, j'adore faire cela. un, et deux et trois et après...les mots courent, arrondissent les jours. Bienvenue !!

Se transformer en mouton, belle idée. Moi ce serait en âne ou chèvre. Mais L'humain à deux pieds transhume aussi, et c'est si bien.

anne a dit…

Raté cette année la transhumance: 500 brebis sur le plateau ardéchois.
Ah le cri des brebisssss.
Marcher lentement, au rythme des animaux, au rythme des saisons.
La suivras-tu l'année prochaine?

Epamin' a dit…

Des centaines de "quatre pattes " (c'est mieux que des centaines de quatre-quatre!), des bruits de zanimaux, des mains noueuses, des sourires, des bons toutous, des milliers de pas, des gens qui aiment la vie, le tout saupoudré sans doute par un joyeux accent du terroir, une belle image du bonheur...

Lôlà a dit…

Rdv-vous à Die, dans la vallée de la Drôme (le fleuve), en juin !
Cela fait trop longtemps que je n'y suis allée ( Week-end entier consacré à la transhumance avec départ des troupeaux en plein ville).

Gracianne a dit…

J'ai comme une envie de printemps tout a coup. Pourtant il fait bien noir encore ici, sous la pluie.

Lôlà a dit…

Bienvenue gracieuse Gracianne, je suis touchée de vous entendre ici.
Oui il fait encore froid.
C'est mon esprit qui, souvent, chauffe.
Hallucinons gaiement...

Marcus a dit…

Elles son géniales ces photos.
Les transhumances à pied par la route sont rares de nos jours.

la tortue légère a dit…

Merci Marcus. C'est un "Billet interlude" ...mais
Je les adore ces photos moi aussi. Les photographes ont dû se faire grand plaisir. Ca sent le partage à plein poumons.

Sacha a dit…

Tes photos sont comme ...toujours magnifiques
La transhumance est un moment merveilleux !
Je te quitte en te laissant ce prix ( sur mon blog tu le trouveras ) http://lejournalgourmanddesacha.blogspot.com/2010/01/un-prix.html
Bonne journée
A++Sacha

Lôlà a dit…

Les photos de transhumance ne sont pas de moi...Un jour peut être.
Merci Sacha je vais voir combien je coûte chez toi ( dites un prix pour voir ? ah ah)

Moukmouk a dit…

fiou le printemps ? c'est pile dans deux mois... et encore ici c'est plus le 1 mai... Méfie-toi des moineaux, même en hiver ils ont des propos fripon

Lôlà a dit…

J'aime bien les moineaux qui me rappellent une vie plus citadine. Ici, le moineau de base est la mésange, (sans offense...)
Alors là j'ai trouvé un coin de maisonnée avec moineaux. On discute tous les midis. Ils ont l'air très fripons, ils ont vu que j'y connais peu en cuicui, alors ils me jouent des tours .

Mystère a dit…

Quand j'étais petite un de mes (nombreux !) rêves était de devenir bergère, j'adorais les livres " Heidi" de Johanna Spyri...

Lôlà a dit…

J'ai vécu dans un petit immeuble quasi en plein champ où broutait un âne "brin d'Or" et une jument "Calypso". Je m'asseyais près d'eux, au ras de l'herbe et les regardais brouter. J'ai alors découvert ce que ça me faisait. Je vivais à leur rythme avec ce bruit de leurs machoires et de l'herbe qu'on déchire. La lenteur de leur pas, leur concentration. Plus rien d'autre n'existait, c'était divin. Et comme toi, oui, je me voyais bergère.

une marline sous son caillou a dit…

transhumance..je ne l'ai jamais vue ni vécue en france . Par contre j'ai vu des milliers de moutons au népal conduits par des chemins escarpés pour des fêtes au seul but d'etre vendus et mangés.. triste fin..et faim ...
les photos sont de toute beauté ..
veritable symphonie pastorale!un arrière goût d'antan.

Lôlà a dit…

C'est le présent d'ici, heureusement !
Ah te revoilà, c'est chouette !