Nos radios


Emprunté à la médiathèque le dernier Beaupain
Cette vidéo est d'avant
Finalement on s'y retrouve, on est dans la même veine

Sur le dernier " Avant le déluge" ne ratez pas l'avant dernière chanson " Je suis un souvenir" qui est poignante,un bijou.

J'aime la première aussi. D'un amour impossible " Aimer pour deux" et "Je coule" qu'on entend à la radio, enfin sur France Inter. Tu écoutes quoi ?

Radio France fête ses cinquante ans, j'ai grandi avec ses émissions. Je me rends compte qu'elles sont un lien avec ceux que j'aime, rare sont ceux qui écoutent autre chose. Parfois j'aimerais bien essayer mais franchement les pubs agressives ?! C'est pas possible

Au fil du temps les pubs ont un peu envahi France Inter aussi ainsi que les infos trash, crimes et délits quotidiens dont on se fout, enfin qui ne sont pas de l'info pour moi. Cela m'a donné envie, il y a une vingtaine d'années, d'écouter France Culture qui est tout de même un joyau.

Sur France Cu tu te sens respecté, pas pris pour une naze illettrée ni pour une mauviette du ciboulot. Les sujets traités sont innombrables, le nombre de trucs qu'on apprend aussi. Le nombre de sujets trop revêches aussi, mais là tu changes de chaîne, y'a le choix.

J'ai grandi avec France Inter, dans la maison la radio était partout, on écoutait certaines émissions dans un silence religieux. C'était rigolo. Petite tu comprends pas tout mais tu comprends l'idée, le sens, la chose.

Je fus très étonnée le jour où, chez ma soeur pourtant très lettrée, j'allumai la radio et tombai sur un genre de RTL ou RMC. Ils étaient bloqués là dessus, surtout pour les pubs dont ils raffolaient. Je n'ai pas compris comment ma soeur aux oreilles élévées à Radio France comme moi, en était arrivée si bas. Cela m'a fait un choc, comme si nos mondes se distendaient. Je saurais plus tard à quel point, finalement.

Vendredi, de belles émissions d'anniversaire sur mes radios favorites. Une grande absente pour moi ma Kriss, la Kriss quoi. Morte trop tôt, bien sûr. Quel chagrin ce fut !

La radio est le média que je préfère. J'ai rêvé y travailler. J'ai envoyé un C.V en 1982 pour entrer dans la maison ronde. J'aurais fait n'importe quoi, le ménage, les photocopies, mais de préférence les voix de F.I P avec ma Kriss. Raté.

La radio s'insinue partout quand on l'écoute, le pouvoir de la voix, de l'imagination, elle se moule dans le quotidien, tu peux continuer tes petites affaires et écouter, rêver, partir en voyage, faire de la philo, des sciences, chanter, admirer, rigoler. Au Laos en 1996 je n'avais pas de radio. J'avais un poste mais on ne captait rien, c'était la misère. Cela me manquait plus que tout. Vers 6h du mat tout brouillé et tout crépitant je captais du RFI ou de la BBC mais si peu et si court. Frustrant.
Dès que je suis rentrée, un an après, j'ai dévoré, léché, adoré, béni Radio France retrouvée. C'était comme une drogue, un besoin vital, un ami, un confident, un trésor. Enfin retrouvé, enfin chez moi !

.