N'importe quoi ?

Fin de palette acrylique


.





.

Ajouts de peinture à l'huile blanche
.





Encres, ratages, raclages, gloubi glouba


.





Pastels, parfois même sur huile non sèche.
Et puis stylo bille, puisqu'on fait n'importe quoi.




..




Résultat ? Je ne sais pas. Qu'importe. J'apprends, je teste, je me trompe, j'avance, je ne recule pas.

Et puis toujours....



.



.




Ce matin je suis allée à Grenoble et sur la route, à droite, le Grand Vercors traçait des lignes sombres, précises, majestueuses dans le ciel. J'étais envoûtée. Elles étaient immenses, des femmes géantes. Des cheveux sur leurs crêtes, des chutes et des plissements rencontrant d'autres chutes et d'autres failles. Comme nos doigts quand ils suivent un mur de roche en fermant les yeux. Rencontrent chaque millimètre de peau, de soubressauts, de force, de creux charnus, de lisse épais. Des histoires pleines à craquer.

J'aimerais les reproduire, ces lignes qui n'en sont pas, ces failles qui enveloppent, ces chemins de ronde entre ciel et terre.

.


.
.