perspectives de fond et regarde et coupe

La semaine dernière je suis revenue avec une grande feuille de gloubi glouba de l'atelier du lundi ( le lundi c'est moi "l'élève" , le mardi c'est moi qui anime un atelier en Maison citoyenne, voir le blog indiqué là à droite)

J'avais exploré des pigments avec de jolies couleurs. J'y avais mis de l'acrylique avec un vert qui a tout à fait tout gâché. Mais comme je n'allais nulle part, j'y suis arrivée. De plus, c'était vacances, nous étions juste un petit groupe à travailler en solo et plus l'heure passait moins j'aimais l'ambiance, contrairement à d'habitude. Le vert moche était tout à fait l'expression d'un genre d'énervement et d'un chouïa de désoeuvrement.

Je suis rentrée avec mon machin en me disant qu'on pourrait peut être le reconsidérer.



Y'a toujours une chose que nous dit l'animatrice de l'atelier c'est de regarder dans tous les sens un tableau, un fond, une amorçe de quelque chose.
Le mettre la tête en bas, découvrir que la tête est peut être le bas, changer de côté, etc





Tu vois ? Les feuilles sont en bas et en haut quoi qui gna ?

Je pensais avoir peint un arbre. Et quand je peins un arbre figurez-vous que je pense toujours au corps d'une femme.



Une petite carte est née.

  

Sur le fond créé, j'ai juste mis des pastels.
je ne suis pas sûre que le noir qu'on voit là soit le bienvenu, d'ailleurs...





J'adore couper des morceaux dans quelque chose de moche ou sans vie et retrouver du sens et du plaisir dans des bouts.

Je n'ai pas commencé par ce buste nu, j'ai commencé par ça :


.


Tout simple.

Ces morceaux je les ai trouvés en fin d'après-midi, sous la lumière électrique d'une journée grise de pluies intenses. Je ne fais jamais rien sans lumière naturelle. Je me demandais donc ce que je verrai le lendemain, au jour .

Pour finir, un drôle de chose...




Me donne envie de raconter une histoire sous- marine !


En tout cas, voilà ce que j'ai appris depuis que je démarre les cours ( octobre). Je peux reprendre un truc moche je peux aussi modifier totalement une peinture en cours. 
Seule cet été, j'ai fait plein de choses et appris beaucoup, mais je n'osais pas du tout recommencer, reprendre, transformer ou améliorer.

Je ne suis pas sûre de savoir encore améliorer, valoriser. Non. Les conseils d'une pro me sont  essentiels et indispensables : du miel sur mes tartines. Quand on me dit, "regarde, là ce rouge si tu en mets un peu par là ?" Ou "tu pourrais renforcer les contrastes,comme ce noir ici, c'est super beau". Ou, "Stop, regarde, pas besoin de plus, c'est bien comme cela" "Il ne faut pas tout dire ni tout montrer".

Oui, l'oeil bienveillant et aiguisé qui pointe juste et à peine mais exactement quand tu es prêt à entendre et te laisse totalement libre. Car c'est toi et juste toi et rien que toi. 

.
.

.

.