Mon plombier, une si belle après-midi finalement

Mon plombier est formidable. En fait c'est le fils du plombier. Le père s'est cassé le dos et c'est fini pour lui les chantiers depuis. Il dit qu'il préférait aller sur le terrain que de faire la paperasse comme maintenant.
Le fils est jeune et toujours de bonne humeur. Tu téléphones, il vient et il vient quand il a dit qu'il viendrait, le jour et l'heure. C'est comme ça la campagne, des fois ça a des avantages. Pour le garagiste c'est pareil. Il se déplace à la maison pour faire démarrer la voiture quand je l'appelle à 7h45. Un as.

Toute personne qui vient à la maison, tout artisan, je veux dire, sait qu'on est nul en bricolage. On le dit tout de suite, on annonce la couleur pour que les choses soient claires. C'est pas une tare, m'enfin à la campagne un peu quand même, mais c'est ainsi. Comme on dit : "il y a des domaines où on est bons, on sait faire, mais d'autres non. ". Mon plombier sait que je suis nulle et que j'ai de l'humour.
Je l'ai fait venir en novembre. Il avait changé la chaudière mazout, tout était au poil, mais ça fuyait un chouïa dans le tuyau d'arrivée. Je ne voulais rien bidouiller. Quand tu es nul et que tu n'aimes pas ça, tu ne bidouilles pas, des fois que ça complique les choses. Mieux vaut être réaliste. Mais tu en perds ton bon sens, tu deviens manchot gogolito, paralysé devant le problème technique. Il est arrivé, il a revissé un capuchon, un gosse aurait pu le faire. Et c'était tout. On a rigolé. Il n'a pas voulu d'argent. il avait quand même fait vingt bornes juste pour ça, une minute de diagnostic vingt secondes de vissage. On a rigolé.

Tout à l'heure il est venu car dimanche on a eu une inondation entre le mur de la cuisine et celui de la buanderie au niveau de l'évier. Un paksson de flotte, genre une bassine, s'est répandu au sol. Mais ensuite tout marchait bien, évacuation ( neuve) sans souci. Bigre ? As tu balancé la bassine de flotte sur le mur, ça a pu déborder en la manipulant ? Pas du tout me dit l'Homme. Bon alors on comprend rien. De toutes façons deux radiateurs ont posé problème cet hiver et je voulais faire venir mon jeune plombier.

Le voilà donc. En un coup d'oeil et quelques expérimentations, nous constatons que l'évacuation est parfaite et que c'est le joint du carrelage le long du mur, derrière le robinet qui est naze, poreux, un coup de flotte dedans et tout coule sur le mur vers la buanderie voisine. On rigole. Joint de carrelage à refaire. Une fois de plus il doit se demander comment on peut être aussi bênet à nos âges, mais il est très diplomate et ne dit mot.
Pour les radiateurs ils vont bien aussi, c'est une histoire de réglage de chaudière : à petit régime,  l'eau n'est pas assez chaude pour ces deux là, des anciens en fonte. Je l'ai donc fait venir pour rien, une petite expertise à la dame qui est nulle.

Je grimpe dans son camion pour aller tirer du flouze au distributeur. Je lui file l'argent par les fenêtres ouvertes comme après une bonne passe. Je me bidonne et pars m'acheter un magazine à siroter avec un coca en terrasse. Je suis seule en terrasse au soleil. Il y a deux heures on avait froid maintenant on a chaud. Je suis en presque vacances. 
Dans le magazine, un superbe article sur un bouquin. En plus, ce livre parle des indiens d'Amérique, un sujet qui me passionne. L'article donne envie d'acheter immédiatement ce livre et me fait frissonner de joie. Bravo.

Un lien vers l'éditeur ( ce n'est pas de cet article dont je parle mais de celui du Téléramachin de ce jour) :

lebruitdutemps.fr/_livres/Matins%20mexicains/Matinsmexicains.htm

On verra....
.