La vie rose est elle verte ?

Un nouveau coin atelier ( ?) sur la terrasse couverte. Une planche et deux tréteaux.

De quoi coller et créer des cartes à envoyer.



Bien agréable en ce moment d'être dehors couvert. Ce n'est pas qu'il fasse très froid mais les seins nous glacent de temps en temps, Saintes pluies de mai, petites et grandes, cette année on mouille.

 Le jardinet est une jungle qui prend 15 cms de haut par semaine. Parfois je tonds à la main, je coupe, je défriche au poignet. Parfois je laisse. Les fleurs sauvages font plus d'un 1m, et même un mètre cinquante ! . C'est beau.


Les lumières sont superbes. La semaine dernière d'Est en Ouest, au même instant, on avait l'orage et le beau temps en un coup d'oeil. A droite, Est, le vercors et l'orage, à gauche l'ouest vers la plaine de la vallée du Rhône. Deux mondes à vingt kilomètres de distance.

Les vases se remplissent. Les fraises murissent.

.

.
.


Les chardonnerets ont abandonné la construction de leur nid sous mes fenêtres, hélas. Ils ont laissé leur oeuvre en cours, un joyau d'orfèvre, au bout d'une branche, caché sous un plumage éthéré, de feuilles fraîches et vertes. Ils avaient cousu brin à brin, un travail de fourmi, précieux et divin. Une féerie sous mon regard. Partis. Changé de cap sans laisser d'adresse. Je n'entends plus leurs signaux, leurs chants, quand Lui guettait pour Elle, posé sur le fil électrique au dessus de l'arbre,  et Elle pour Lui.


Articles les plus consultés